Vous cherchez quelque chose ?

Facebook, à la ramasse, chez les ados


Ces dernières années, la baisse de popularité de Facebook face aux autres réseaux sociaux concurrents est flagrante. Menace qui se ressent d’ailleurs par sa tentative de copier l’une des fonctionnalités majeures de Snapchat à travers la création de Facebook stories.

Facebook ados

D’après une étude effectuée aux États-Unis par le centre de recherche américain Pew, les jeunes ados entre 13-17 ans semblent l’avoir délaissé pour d’autres plateformes, et ce, pour plusieurs raisons. Ainsi, YouTube, Instagram et Snapchat sont de plus en plus appréciés et ont supplanté le premier. Cependant, beaucoup continuent de l’utiliser régulièrement.

Il y a encore peu de temps, la grande majorité des adolescents ne juraient que par Facebook. Plus exactement, 71% l’utilisaient contrairement à aujourd’hui. Ses précédents adeptes le snobent aujourd'hui au profit de plateformes qui semblent plus attractives.

YouTube, Instagram et Snapchat remportent actuellement la palme. Le taux de participation des jeunes sur ces plateformes a subitement grimpé en flèche depuis ces 3 dernières années.

L’utilisation de Twitter, Tumblr et Reddit quant à eux restent inchangées depuis les dernières études effectuées quelques années auparavant et demeurent à l’arrière du peloton. Toujours aussi moins fréquentés par les jeunes qu’auparavant.

Ne dépendant pas seulement du revenu du ménage, ce changement de tendance dépend également de l’ethnie et du sexe des utilisateurs. Les filles sont par exemple plus enclines à utiliser Snapchat que les garçons.

Mis à part ces observations, qui sont les fruits de sondages et de tests effectués auprès des jeunes de la tranche d’âge de 13-17 ans, un autre paramètre est entré en jeu. Une prise de conscience des adolescents eux-mêmes.

La grande majorité, autour de 45%, est plutôt neutre et pense que les réseaux sociaux ne leur apportent ni du bien ni du mal. Ils se contentent juste de l’utiliser et c’est tout. 

Le reste se partage en deux groupes aux points de vue opposés. Les 31% sont d’avis plutôt positifs en y trouvant parfaitement leurs comptes. Les plus optimistes sont ravis de les utiliser puisqu’ils peuvent ainsi se connecter avec leurs amis ou des membres de leur famille se trouvant à l’étranger. Ils évoquent également le fait d’avoir facilement accès aux informations. Problème qui touche une large partie de la population d’ailleurs. Grâce aux réseaux sociaux, ils peuvent faire plus facilement des rencontres et avoir des discussions avec ceux partageant les mêmes centres d’intérêt qu’eux. Sinon, ces plateformes les divertissent à longueur de journée tout en leur permettant de s’exprimer.

À côté, il y a les 24% qui ont, à l’encontre des réseaux sociaux, des avis négatifs, jugeant qu’ils impactent leurs vies de manière néfaste. Il s’agit ici des cas de harcèlement et de la facilité de la diffusion de rumeurs. S’ensuit le manque de relation entre personnes interposées. Sans oublier un voyeurisme maladif devant la vie des autres et dont certains semblent être friands. Mais surtout, il y a le problème d’addiction dont les jeunes sont victimes quitte à oublier ce qui les entoure, les yeux rivés sur leurs écrans.

Ce délaissement constaté concernant Facebook au profit d’autres réseaux sociaux est en fait la conséquence de plusieurs facteurs. Il y a tout d’abord l’effet de réseau qui les pousse à fréquenter les mêmes réseaux que leurs amis. Effectivement, un ado sera plus enclin à utiliser la même plateforme que ses copains pour pouvoir communiquer. Et au fil du temps, celle-ci deviendra le réseau social dominant pour cette tranche d’âge.

Ensuite, l’apparition des smartphones et leur accessibilité ont un impact sur la fréquentation des réseaux sociaux par les jeunes ados. En effet, ces nouveaux appareils leur donnent la possibilité de se connecter en tout temps. L’activité en ligne devient ainsi de plus en plus persistante.

De plus, ces nouvelles technologies favorisent leurs addictions. Car bien que le taux d’utilisation de Facebook ait baissé, la fréquentation des autres réseaux sociaux quant à eux connaît une augmentation fulgurante.

Ayant plus librement accès à internet, les jeunes d’aujourd’hui restent en ligne de manière quasi permanente contrairement à ceux d’il y a 3 ans.  Leurs taux de fréquentation ont presque doublé : de 24% il y a 3 ans à 45% aujourd’hui. On ne parle plus ici d’usage fréquent, temporaire ou occasionnel. Un plus grand nombre verse dans la constance et ne décroche quasiment plus de leur smartphone. Cependant, on remarque toujours une nette différence selon les sexes puisque les filles sont les plus accros avec un taux de participation de 50% contre les garçons qui ne sont que de 39%.

Formation Facebook confidentialité

Il y a eu 3 membres à avoir trouvé cette page pertinente avec un score de 94 sur 100.

Si vous ne trouvez pas la chronique correspondante à votre recherche, c'est peut-être l'occasion de la rédiger ;-)

Aimez-vous cet article ?

Nos réseaux préférés

Sur le même sujet