Explorez par catégorie

Que faire pour créer un site ergonomique et utilisable


Cet article a été revu et mis à jour la dernière fois le 19 Avril 2017 à 09:57

Ergonomie et utilisabilité, deux termes étroitement liés, car la finalité de l'ergonomie est de rendre meilleure l'utilisabilité du site. Arborescence et tri de cartes sont deux méthodes utilisées pour atteindre ce but.

Une arborescence, il s’agit d’un système de rangement des données informatiques par hiérarchie. L'arborescence d'un site web s'appuie toujours sur son architecture, elle permet d'apporter des organisations sur la structure du site. Dès la conception du site, il importe de lister, ranger les contenus selon leurs critères d’appartenance afin de montrer aux visiteurs une navigation cohérente, pratique et fonctionnelle, s'arborant en plusieurs menus et sous-menus.

La notion d'arborescence correspond souvent à la théorie des graphes, c'est-à-dire, elle établit généralement l'ordre des données stockées en mémoire en mettant en exergue la structure algorithmique d'arbre bien définie. Cette combinaison de données est toujours itérative ou répétitive.

D'après cette théorie, une arborescence est un graphe non-cyclique basé sur une seule racine de manière à ce que les nœuds possèdent les unes et les autres une source unique.

En informatique, un répertoire se définit comme l'ensemble de descriptions de fichiers, son contenu renferme les détails des fichiers référencés, ce dossier possède les mêmes caractéristiques qu'un fichier : le nom, la taille, la date, les attributs…

Chaque fichier ou chaque dossier a une référence, caractérisée par un autre répertoire pour former un ordre échelonné appelé arborescence. Pour le cas d’un site Internet, l’arborescence est un schéma qui dessine les différentes rubriques d'un site web ; théoriquement, la page d'accueil représente la racine. Les pages se disposent suivant une hiérarchie bien structurée, liées entre elles par des liens. La racine est toujours unique sur le système du type UNIX ou sur la partition de Windows.

L'arborescence est essentielle à la réussite de votre projet éditorial, c'est une étape cruciale pour la création de votre site web. C’est une représentation schématique du site web à créer ou à refondre. L’approbation de l'arborescence, bien que réalisable par tous, nécessite toutefois les conseils du professionnel. Il est à noter qu’il est difficile de modifier la structure de votre site après sa validation.

Le primordial, c'est plutôt l'analyse en profondeur des besoins ; pour ne pas perdre le cap ou encore pour éviter la fausse route ; poser toujours la question, comment ordonner, structurer et construire les idées ?

Vous devez avoir des idées réalistes et précises du nombre de pages, des modèles ainsi que les différents niveaux hiérarchiques.

L'arborescence de fichiers

C’est une organisation échelonnée de fichiers informatiques sur une fraction du disque dur.

L'arborescence des dossiers

Vous risquez de vous perdre avec le tas de dossiers sur vos disques à moins que vous ayez une idée précise de l'organisation et de la hiérarchie de ces dossiers. C’est une raison de plus pour mettre en place l'arborescence des dossiers, qui est de plus un outil pour mieux saisir l'organisation.

Le tri arborescent en mémoire 

Il s'agit d'une arborescence de tri qui utilise la structure d’arbre binaire de recherche. Ce type d’arborescence n'est pas tellement utilisé dans la pratique.

Les fichiers en mode séquentiel indexé

Cette organisation, en mode séquentiel indexé, est une sorte d’archivage du fichier, celle-ci possède deux accès d’enregistrements possibles : un accès séquentiel et un accès aléatoire.

Un accès séquentiel est accessible à des éléments préalablement ordonnés suivant une séquence préconçue ; dans ce cas, la structure de données dispose chacune une taille arbitraire pour les éléments du type identique.

Pour le cas du logiciel, il accède via un accès aléatoire ou via un accès direct à un élément, soit pour la lecture, soit pour l'écriture. Ce logiciel se rend à l’emplacement de cet élément sans avoir consulté les éléments antérieurs, l'adresse de cet élément est générée par l'index utilisé par le logiciel. Cet accès est préférable au cas où l'application effectue une écriture, une lecture ou une modification d'un seul élément. La structure de données est typiquement sous-forme de tableau pour un accès direct.

Les URL sont des chemins avec lesquels vous pouvez localiser l'emplacement de vos pages sur le web. Il ne s'agit pas dans ce cas de traiter les URL avec tous les critères d'indexation du Google, qui sont des sujets corrélatifs au référencement, mais plutôt les URL en tant que moyens d'inciter les visiteurs à accéder à vos pages web.

La base de l’URL : le nom de domaine !

Le nom du domaine, que nous prenons dans cet article et qui est pris en compte dans l’indexation de Google, constitue la partie essentielle de l'adresse de votre site, c'est une chaîne de caractères qui se termine généralement par com, fr, org. Il est composé de deux éléments, colorés différemment : le domaine proprement dit en bleu tandis que la partie verte est appelée extension. Pour le site qui correspond au thème sport par exemple, son nom est sport.com, sport.fr ou sport.org, pour chacun, le www s'appelle sous-domaine.

Le nom de domaine est indispensable pour gagner la concurrence au niveau du référencement, c’est la marque de votre site, il se trouve dans la barre d’adresse et visible par les visiteurs de vos pages.

Un nom de domaine, un site

En tenant compte de l'enjeu pour le référencement, le nom du domaine devra être en harmonie avec l'esprit de votre site ; plus précisément, il est impératif que le site web et le domaine comportent un même nom et contiennent tous les deux un mot-clé important en rapport avec le thème abordé.

À propos de l'extension du nom de domaine : quoi choisir entre .com, .fr ?

Certes, le robot d'indexation du Google est convenablement perfectionné pour repérer la langue avec laquelle chaque page web est conçue ; de plus, l'extension de chaque page n'est pas un paramètre essentiel pour ce robot ; pourtant, il est conseillé d'utiliser l'extension dépendamment de la langue ciblée par votre site : pour une cible, 100 % française, l'extension.fr est recommandé, cela crée un intérêt tout à fait particulier dans les résultats de recherche de Google parce qu'ils font apparaître en priorité la version française de chaque page. Le site comportant un extension.com vise particulièrement les visiteurs internationaux.

Cette phase cruciale et difficile, en amont du projet éditorial, est devenue un casse-tête si des règles ne sont pas établies préalablement.

Règle n°1 : cerner les cibles

La mise en place de l'arborescence engendre une grande réflexion et un tas de questions en interne, car les contenus ne sont pas forcément identiques pour chacune des cibles, celles-ci méritent d'être définies auparavant selon les aspirations et les besoins de chacune d'elles. Cela nécessite la mise en œuvre du processus qui s’appuie sur les données, dédiées à chaque cible via des sources existantes et authentiques.

Règle n°2 : dénombrer et classer vos contenus

Les données recensées se présenteront sous-formes de menus et sous-menus pour une cible. Tout d'abord, lister les contenus à présenter au public et puis classer les dans des rubriques dans le but de mettre en place votre arborescence.

Les avis des collaborateurs et des groupes cibles comme les clients, les partenaires peuvent apporter des aides précieuses. La méthode de structuration des contenus comme la persona est, sans aucun doute, très utile pour organiser votre site.

Règle n°3 : examiner les arborescences des sites de vos concurrents

Analyser les arborescences de vos concurrents pour connaître les engagements oubliés : ces engagements-ci sont sujets aux problèmes de l'environnement, et cela, afin de corriger les éventuels défauts ou oublis.

Règle n°4 : prendre en compte le référencement naturel

Il est convenable que chaque contenu de votre site compte 300 mots au minimum ; à cet effet, il sera mieux positionné dans les résultats des moteurs de recherche. Insérer des mots-clés stratégiques sujets à votre activité en intitulés de menus.

Règle n°5 : l’importance de la simplicité

Votre simplicité et votre lucidité rendront vos actions plus efficaces, et ce, afin de saisir les souhaits de l'internaute : des sous-menus et menus plus explicites, une ergonomie plus efficace.

En se référant aux sites web de première génération, basée sur l'organisation interne des entreprises, on avait constaté à l’époque que cette approche autocentrée rendait difficile l'accès aux contenus.

Actuellement, la plupart des études sur l’architecture comme le " tri de cartes " s’orientent de plus en plus vers la logique des utilisateurs afin d'améliorer l’expérience du contenu en termes d’accessibilité et de qualité. Cette technique, plutôt décentralisée, doit être réalisée auprès des utilisateurs externes à l’entreprise.

Le tri de carte (en anglais card sorting) qui s’appuie sur la présentation des objets ou des contenus sous forme de cartes, répond considérablement à des besoins en architecture de l'information.

Généralement, le tri par cartes est utilisé en ergonomie informatique pour concevoir l’architecture de l’information.

Le tri par carte est conduit par un ergonome facilitateur de la séance, celle-ci s'effectue soit en groupe, soit individuellement. Pratiquement, le tri par individu génère des résultats plus précis que le tri collectif. Cependant, en veillant sur l’homogénéité du groupe choisi, les résultats obtenus sont presque identiques pour les deux cas.

Le tri en groupe est plus avantageux pour la simple raison qu'il aboutira rapidement à des résultats tangibles avec très peu de sessions.

Inventaire des contenus 

Une phase préparatoire d'entretien sera très utile et à l'issue de laquelle l’ergonome acquerra des connaissances et des spécifications sur le site web, sur le logiciel ou encore sur le produit à concevoir.

Les entretiens 

Les objectifs de ces entretiens mettront en relief la profession de chaque client, le contexte dans lequel les utilisateurs travaillent, leurs besoins, toutes les données pouvant être indispensables pour mieux orienter la conception.

Le jeu de cartes 

Une analyse issue des entretiens rapportera des éclaircissements sur les fonctionnalités, les buts liés à l'utilisation du site ou du logiciel, les mots-clés et les termes à utiliser.

Chaque carte symbolise une information qui se trouve dans le site ou celle qui correspond au module du logiciel, elle est lisible par tous les participants et se compose d'un titre, d'une brève explication très précise de l'information en question. Pour le cas d'un site commercial, il est préférable que le texte en question soit accompagné d'une image du produit.

50 à 60 cartes sont largement suffisantes ; au-delà, il est conseillé de répartir la séance en deux-temps : le premier temps sera consacré aux grandes rubriques du site. Chaque carte représente la composition de pages axées sur un thème. Le contenu de chaque thème sera arrangé ou structuré par une autre série de tris.

La définition des contenus

Au cours de cette étape, les contenus du site seront représentés sur des cartes ou sur des cartons de papier, ceux-ci pourraient réaliser à l'aide d'un logiciel en ligne.

La catégorisation des contenus   

À cette étape, les contenus sont arrangés selon les logiques préférées des utilisateurs. Deux types de tri de cartes sont à la disposition des usagers : le tri de cartes fermé qui est utilisé afin de concevoir les grandes catégories de contenu et le tri de cartes ouvert, ce dernier propose des suggestions de catégories de base aux utilisateurs.

La structuration des contenus

Cette dernière étape, la plus déterminante, reproduit le classement ordonné des contenus obtenus à l'étape 1 dans chacune des grandes catégories mises en place à l'étape 2.

Tri de cartes : les outils et les résultats

La matrice de co-occurrentes

Cette matrice détermine le nombre de fois qu'une carte a été triée avec une autre carte. Avec cette matrice, les cartes les plus associées par les participants sont facilement identifiables, elles seront réunies dans un groupe.

Pratiquement, les deux contenus assemblés par plus de 75 % des participants peuvent être arrangés dans la même catégorie.

D’après ces résultats, la carte “Atelier 5-14h00-15h30 le … ” ainsi que la carte“Atelier 7-14h00-15h30 "doivent être groupées dans la même catégorie.

Le dendrogramme

Le dendrogramme dépend de la distance entre les cartes, elle est fonction de la fréquence d’association de deux cartes ou de deux groupes de cartes. Les cartes sont plus associées selon la variation croissante de la fréquence d’association.

Le nombre de groupes est modifiable en divisant le dendrogramme en plusieurs sections (exemple), définies par le seuil ou la distance euclidienne la plus longue à prendre.


Si vous ne trouvez pas la chronique correspondante à votre recherche, c'est peut-être l'occasion de la rédiger ;-)

Proposer ma chronique

Aimez-vous cet article ?

Nos réseaux préférés

Ajouter un commentaire