Vous cherchez quelque chose ?

Attirer l’attention de l’internaute : oui, mais comment ?


Cet article a été revu et mis à jour la dernière fois le 16 Mai 2017 à 05:39

Contrairement à certaines idées reçues, la rédaction du titre d’un article n’est pas toujours évidente. Il doit, non seulement résumer l’ensemble du contenu, mais aussi, et à priori, attirer l’attention du lecteur. Les bonnes pratiques pour faire mouche.

Attirer l’attention de l’internaute

Le titre d’un article est de loin l’élément qui fera le succès d’un blog professionnel ou d’un site web. Avec les milliers de contenus qui sont publiés sur la toile quotidiennement, il est fort difficile de sortir du lot sans faire preuve d’imagination et d’originalité. La meilleure option pour se démarquer de la concurrence consiste en effet à rédiger un titre attractif qui donne envie aux internautes d’en savoir plus sur le sujet traité.

Quoi qu’il en soit, il est déconseillé de surenchérir le titre de votre article jusqu’au point de proposer une version différente de son contenu. Rappelons qu’un internaute déçu par son expérience est un potentiel client, et donc un prospect en moins. Pour éviter de s’engouffrer dans ce piège qui surprend bon nombre de rédacteurs, le mieux est d’agir avec éthique. C’est une démarche assurée vers l’établissement d’une relation de confiance entre vous et votre audience cible.

Quant à la formulation de votre titre, certaines règles sont à respecter, notamment le choix des mots à utiliser. Voici quelques exemples que vous pouvez utiliser.

Chaque mot a son degré d’importance et certains sont à même de provoquer une vive réaction émotionnelle, voire susciter instantanément l’intérêt des internautes comme le cas des « triggers words ». Lorsqu’ils sont insérés correctement dans un titre, ils peuvent produire une intense attraction pour les lecteurs.

À titre d’exemple de triggers words, vous pouvez utiliser : secret, incroyable, dangereux, gratuit, tabou, gagnez, meilleur, etc.

Outre son aspect informatif et récapitulatif, le titre d’un article se doit d’être optimisé pour améliorer le référencement de son contenu. Il doit ainsi contenir un mot-clé principal que vous avez déterminé préalablement pour orienter votre article.

Comme les algorithmes des moteurs de recherche tels que Google sont mis à jour régulièrement, vous devez adapter votre rédaction aux exigences de ces derniers en optant pour des expressions dites « longue traîne ». Lorsque vous placez un mot-clé dans votre titre, veillez si possible à le mettre au début.

Souvent mal exploités par certains rédacteurs, les superlatifs permettent tout de même de valoriser une notion exprimée. En annonçant que quelqu’un ou quelque chose est le mieux placé (ou l’inverse) pour effectuer une telle ou telle action, vous éveillez immédiatement la curiosité de vos lecteurs cibles.

Selon les spécialistes de la rédaction de contenu web, les superlatifs négatifs pourraient augmenter le taux de clics moyen d’environ 60 %. En effet, un titre du genre « Les 5 mauvaises pratiques à éviter dans un titre d’article » aurait plus de réussite que « Les 5 conseils pour créer un titre d’article ».

L’utilisation des signes de ponctuation dans les titres d’articles a toujours été sujet à controverse dans l’univers de la rédaction web. Toutefois, les titres qui comportent certains éléments tels que les guillemets sur un mot ou une expression (existe-t-il réellement des « règles » pour créer des titres ?), les parenthèses (téléchargez votre e-book… (C’est gratuit !))… rencontrent souvent un grand succès. Les titres sous forme d’interrogation fonctionnent également bien. Quant aux points d’exclamation, leur usage doit être fait avec parcimonie.

En matière de rédaction web, la capitalisation de certains mots du titre d’un article n’est pas interdite, sauf pour certaines plateformes comme les annuaires et les communiqués de presse. Cette technique vise à retenir l’attention de l’internaute et permet entre autres à différencier le titre de la concurrence. Elle est le plus souvent utilisée par des annonceurs qui optent pour les liens sponsorisés via Google Adwords, Facebook Ads, etc.

Il faut bien l’avouer : on n’écrit pas pour soi-même, mais pour les autres. Il faut donc se mettre à la place des internautes avant de rédiger quoi que ce soit. Lorsque vous voyez un chiffre sur un titre, vous aurez instinctivement envie de consulter son contenu. Un titre de type « Les 10 conseils pour rédiger un titre percutant » séduira plus que « Comment rédiger un titre d’article ? »

La concision et la simplicité sont de rigueur pour éviter que votre titre soit mal interprété. Bien que les CMS (WordPress, Joomla…) ne prévoient pas de limite de caractères dans leur « champ de titre », les moteurs de recherches, eux, n’offrent que peu de place pour les titres, soit environ une soixantaine de caractères, espaces compris.

Un bon titre doit être clair, court et qui va à l’essentiel afin de marquer immédiatement les esprits. Pour ce faire, il est conseillé de miser tout votre effort sur les deux (2) premiers mots (mots-clés inclus), et particulièrement sur les onze (11) premiers caractères si possible. Inutile donc d’utiliser des tournures complexes pleines d’humour, des métaphores ou des jeux de mots que vos lecteurs n’ont pas l’habitude d’employer au quotidien.

Un article web ressemble à une annonce publicitaire et les deux fonctionnent de la même manière : apporter une information plausible, et non mensongère ou dénuée de sens… En effet, ce qu’il faut éviter lors de la rédaction d’un titre d’article, c’est de tomber dans le sensationnalisme.

En proposant, un titre qui promet des choses irréalisables peut irrémédiablement compromettre la crédibilité de votre contenu, et donc l’image de votre marque. Aux yeux de vos lecteurs, il apparaît comme du spam et est jugé comme une injure à leur intelligence. Ne mettez donc jamais en doute la véracité de votre propos.

Livre blanc 43 idées pour promouvoir vos contenus


Si vous ne trouvez pas la chronique correspondante à votre recherche, c'est peut-être l'occasion de la rédiger ;-)

Proposer ma chronique

Aimez-vous cet article ?

Nos réseaux préférés

Ajouter un commentaire