Vous cherchez quelque chose ?

Comment capter l’attention de son lectorat


La génération Internet est composée de personnes pressées. Et avec le nombre de sites web qui sont créés tous les jours, il n’est plus évident de rédiger du contenu à la va-vite au risque de perdre rapidement le lecteur. Les bonnes pratiques à adopter.

Capter son lectorat

Internet est actuellement saturé de contenus de tout genre en provenance de milliers de sites aux thèmes largement variés. Selon une étude récente d’Internet Live Stat, la toile compte plus de 900 millions de sites web actifs éparpillés dans les 4 coins du monde. Il est également indiqué que plus de 3 milliards de recherches sont effectuées chaque jour sur Google, et pas moins de 4000 000 tweets sont envoyés sur Twitter chaque minute.

Capter l’attention des internautes et mobinautes dans ce flot de contenus n’est plus chose facile. Cela constitue même un enjeu capital pour les rédacteurs web, même les plus avisés. Une autre analyse de Chartbeat a entre autres montré que 55 % des utilisateurs passent pas plus de 15 secondes sur une seule page web.

Bien rédiger un contenu de qualité en respectant certains principes est l’unique solution pour retenir le lecteur sur son site et battre ces statistiques alarmantes. Un contenu écrit dans les règles de l’art et optimisé pour les moteurs de recherches comme Google fera ressortir votre site du lot et retiendra vos visiteurs une fois qu’ils arrivent sur l’une de vos pages. Voici 6 règles d’or à suivre afin d’assurer que votre article méritera l’attention de vos lecteurs.

Cela peut sembler logique et facile, mais bon nombre de rédacteurs font l’erreur de prendre la plume et se précipitent à écrire avant de s’informer sur l’identité de leur cœur de cible. Certains ne s’interrogent même pas comment atteindre leurs lecteurs.

Avant de commencer votre rédaction, vous devez connaître votre audience principale. Il faudra ensuite déterminer votre audience secondaire et trouver les bons arguments pour influencer celle-ci à servir d’outil de communication pour atteindre la principale.

Pour faire court, disons que vous disposiez d’un site web destiné à un cabinet d’avocats. En vous posant la bonne question, vous pourriez répondre que votre audience serait vos clients actuels. Toutefois, votre cible secondaire est nettement plus large. Elle pourrait inclure des journalistes spécialisés, d’autres avocats, voire des personnes qui pourraient à l’avenir recourir à vos services.

Dans tous les cas, il vous incombe de leur proposer du contenu qui leur est accessible facilement et intéressant. Dans ce dessein, posez-vous les questions suivantes : « Quel genre de question votre audience peut-elle se demander ? », et « Quel type d’information pourrez-vous leur offrir ? ».

Étant toujours pressés, les internautes ont une attention impulsive. Ils peuvent juger l’importance de votre site en quelques secondes seulement. Pour une bonne compréhension et une retombée immédiates, il convient de structurer votre contenu en vous basant sur le modèle de la pyramide inversée.

Le principe est de faire apparaître l’information la plus essentielle tout en haut de votre page. Ensuite, progressivement, vous pouvez intégrer les informations secondaires pour terminer aux petits détails.

Prenons un exemple simple pour mieux comprendre cette méthode. Disons que vous souhaitez créer une page web destinée à mettre en avant une conférence. Les informations les plus importantes sont logiquement la description, les thèmes à aborder ainsi que le lieu et la date de l’évènement. Elles devront donc être placées en haut de votre page suivie des informations secondaires telles que l’ordre des conférences et la présentation des intervenants. Pour terminer, vous pourrez donner des détails en indiquant par exemple les organisateurs ou encore les divers partenaires qui participent à l’évènement.

Les phrases longues n’ont pas leur place sur le web tout comme les contenus dupliqués. Il faut respecter une longueur moyenne de 30 mots maximum pour que la lecture soit fluide et agréable. Selon les spécialistes, seuls 15 à 20 mots/phrase sont retenus et mémorisés par les lecteurs. Entre autres, votre phrase doit être constituée essentiellement de mots et de verbes.

Attention à l’utilisation des termes trop techniques ou trop « Molière » comme « nébuleux » ou « placidité » alors que vous pouvez facilement écrire « flou » ou « tranquillité ». L’idée est de rédiger un contenu compréhensible par tous les publics, qu’ils soient néophytes ou experts. Lorsque vous rédigez, privilégiez la voix active plutôt que la voix passive. En procédant ainsi, votre lectorat comprendra rapidement où vous voulez en venir.

On ne le répétera jamais assez : Internet doit être accessible à tout le monde, par les professionnels comme par les non professionnels. Lors de la relecture de votre contenu, assurez-vous que l’information que vous partagez est nettement compréhensible par tous les utilisateurs du web. Pour ce faire, n’utilisez jamais d’acronymes ni de langage d’initié dès le début de votre page. Dans le cas échéant, n’hésitez pas à mettre des liens qui redirigent vos lecteurs vers des sources qui sauront les aider à comprendre vos propos.

Prenons un exemple précis avec la phrase suivante :

  • « Après l’accident routier qui s’est déroulé sur la route…, l’OPD s’est immédiatement rendu sur place pour secourir les victimes avant de les transporter en AR à l’hôpital le plus proche du krach. »

Certes, ces termes sont parfaitement compréhensibles pour les sapeurs-pompiers ou les métiers médicaux, mais qu’en est-il des autres lecteurs qui n’ont aucune connaissance en la matière ? Il est possible de réviser cette phrase comme suit :

  • « Après l’accident routier qui s’est déroulé sur la route…, l’officier de permanence départementale s’est immédiatement rendu sur place pour secourir les victimes avant de les transporter en ambulance de réanimation à l’hôpital le plus proche du krach. »

Les jargons sont également à éviter autant que possible pour éviter l’incompréhension. Mieux vaut rester sur des mots neutres et faciles à assimiler pour que l’article soit accessible à tous.

Les utilisateurs trouvent les informations qu’ils souhaitent à travers de nombreux canaux tels que les réseaux sociaux, les signatures d’e-mail, les liens en provenance d’autres sources, et notamment sur les moteurs de recherche comme Google. Ces derniers sont à privilégier et à soigner puisqu’ils créent des sources de trafic non négligeables vous permettant de générer des clients et prospects.

Pour y parvenir, les contenus que vous proposez sur votre site doivent être bien rédigés, pertinents, et optimisés SEO notamment. En référencement naturel, il convient de penser à son public cible : quels sont les mots-clés, expressions ou termes susceptibles d’être tapés par les utilisateurs dans la barre de recherche de Google ? Après cette analyse, vous devez vous assurer que ces mots soient bien intégrés dans votre contenu, notamment dans votre titre et sous-titre.

Rédiger un contenu pour le web ne se limite pas uniquement sur le simple fait d’offrir une information à sa cible. Une bonne page web doit se terminer par un bouton d’appel à l’action ou « Call To Action ». Il peut s’agir d’une invitation à l’inscription à la Newsletter, à un « Contactez-nous pour plus d’info », à un « Donnez-nous votre avis », à un téléchargement d’un document numérique ou encore à des boutons de partage sur les réseaux sociaux.

La technique consiste à inciter le lecteur à cliquer pour qu’il reste le plus longtemps possible sur vos pages, ainsi promouvoir ou interpeller les membres de sa communauté à lire également ce qu’il vient de voir. Ces boutons de call to action doivent être présents sur l’ensemble de vos pages. Il vous suffit de commencer par des verbes d’action tels que « Créez », « Rejoignez », « Téléchargez », « Partagez », etc. Et bien évidemment, il faut placer un lien derrière chacun de ces verbes.

En respectant ces quelques règles de base, il vous sera plus facile de rédiger des articles adaptés aux exigences des moteurs de recherche et qui répondent parfaitement aux attentes de votre futur lectorat.


Si vous ne trouvez pas la chronique correspondante à votre recherche, c'est peut-être l'occasion de la rédiger ;-)

Proposer ma chronique

Aimez-vous cet article ?

Nos réseaux préférés

Ajouter un commentaire