Vous cherchez quelque chose ?

Wikipedia connaît une baisse de son trafic


Cet article a été revu et mis à jour la dernière fois le 29 Août 2017 à 19:58

Le trafic web de Wikipedia a connu une baisse à l'international au cours de l'année 2013. Si 16,7 milliards de pages ont été vues par les internautes en 2012, seuls 13,4 milliards l'ont été l'année dernière.

Baisse du trafic de Wikipedia suite au Knowledge Graph

La fondation Wikipedia a publié son rapport de statistiques annuel début janvier et a révélé une baisse de son trafic sur l'ensemble de l'année 2013. La chute serait de l'ordre de 20 % au niveau mondial, soit un peu plus de 3,3 milliards de pages vues en moins. Wikipedia affirme que le phénomène serait en majeure partie dû à Google et son Knowledge Graph qui propose des informations encyclopédiques dans ses SERP. Les données affichées par l'outil du moteur de recherche proviennent en effet essentiellement du site anglais. Résultat : de 16,7 milliards de pages vues en 2012, le trafic de l'encyclopédie libre est passé à 13,4 milliards en 2013. Pour appuyer ces propos, le site affirme que la chute de son trafic n'est pas perceptible dans les pays où Google est peu utilisé comme la Chine ou la Russie. Le Knowledge Graph rendrait ainsi inintéressante la visite de Wikipedia puisque l'internaute est certain d'y retrouver les informations proposées dans les résultats de recherche. Au-delà de l'utilisation abusive faite par Google de certaines pages présentes dans son index, le fait le plus étonnant est qu'il est le principal contributeur de Wikipedia. On ignore si un accord existe toutefois entre les deux parties, mais on avait déjà pu observer à quel point Google exploitait les informations de certains sites : la version américaine proposait en version test les menus de restaurants affiliés aux sites allmenus.com et menupages.com lorsque le nom des établissements était recherché.

Knowledge graph wikipedia

Les autres sites également affectés

Google n'a jamais caché sa volonté de proposer du contenu orienté vers les internautes dans ses résultats de recherche. Ses recommandations à destination des webmasters en témoignent, mais à force de vouloir plaire, il semble que le moteur de recherche pénalise certains sites. Si Wikipedia est le premier à révéler l'impact de Google sur son trafic, d'autres sites sont également susceptibles d'être affectés. Le site anglais n'est pas la seule source d'informations du moteur puisque celui-ci puise ses données sur le web. Les sites publics restent toutefois les plus affectés pour l'instant, notamment ceux ayant un lien avec le sport, la musique, le cinéma ou toute autre activité à fort taux de recherche. On se rappelle également que Google avait déjà fait l'objet d'une plainte de la part du Center of the Picture Industry il y a quelques mois. La firme de Mountain View était alors accusée de détourner les images affichées dans le Knowledge Graph au détriment des droits des photos de presse regroupées au sein de 11 associations. Google collecterait ainsi réellement les données indexées par ses robots et les utiliserait à sa guise. Pour les sites concernés par cette « collecte », le risque de voir leur trafic web chuter est relativement important, car l'intérêt des internautes à aller consulter un site est faible si toutes les informations qu'ils recherchent sont directement accessibles sur la page de résultats.


Si vous ne trouvez pas la chronique correspondante à votre recherche, c'est peut-être l'occasion de la rédiger ;-)

Proposer ma chronique

Aimez-vous cet article ?

Nos réseaux préférés

Sur le même sujet

Ajouter un commentaire