Vous cherchez quelque chose ?

Comment générer du trafic web sans passer par Google ?


Cet article a été revu et mis à jour la dernière fois le 25 Janvier 2015 à 15:53

Si Google évolue dans le but d'améliorer l'expérience utilisateur, il est également une menace pour de nombreux sites web et leur trafic. S'affranchir de la dépendance aux moteurs de recherche est ainsi devenu une nécessité.

L'objectif est de pouvoir échanger avec une personne influente dans sa niche d'activité. Il suffit en effet qu'un dirigeant d'entreprise, un journaliste leader d'opinion, ou une marque reconnue, partage une information intéressante sur les réseaux sociaux, pour que celle-ci soit à nouveau partagée par leur communauté. Chaque lien renvoyant vers le site web contribue à renforcer son positionnement dans les pages de tête des moteurs de recherche. Les algorithmes de Google s'en servent d'ailleurs pour calculer le PageRank d'une page, car plus un site a de backlinks, plus il est considéré comme pertinent, bénéficiant d'un critère d'autorité dans son domaine.

Si chacun des liens partagés permet aux internautes de se rendre sur le site pour développer son trafic, il est primordial d'être présent sur les réseaux sociaux les plus populaires pour arriver à cette étape. Facebook, Twitter et LinkedIn offrent la possibilité d'entrer en contact avec des personnes d'autorité. Deux options se présentent alors au professionnel SEO. D'un côté, il peut tenter une approche en douceur, ce qui est recommandé si on ne possède aucune information de valeur. D'un autre, il peut entreprendre une stratégie de relationship building. Il doit dans ce dernier cas partager les mêmes centres d'intérêt que sa cible, et établir une relation humaine au-delà des échanges sur le web.

De la même manière qu'il faut être présent sur les réseaux sociaux, il est également intéressant de poster des commentaires sur les blogs les plus influents. Les auteurs de blogs lisent en effet souvent les messages laissés par leur communauté et, si l'un d'eux attire son attention, il sera plus enclin à échanger avec l'internaute qui l'a posté. Les autres messages seront inévitablement considérés comme spams. Ainsi, les blogs sont un outil de communication et d'échanges tout aussi intéressant que les réseaux sociaux, même s'ils génèrent moins de trafic. Il est essentiel de souligner que certaines règles doivent être respectées avant de commenter un article de blog.

Il faut avant tout lire l'article complet. Simple, mais évident. Inutile de poster un commentaire si on n'a pas compris ce que l'auteur a voulu dire. Il est ensuite important que l'article soit lié à son domaine d'activité. Il n'y a en effet aucun intérêt à publier sur un blog de cuisine avec un lien menant vers un site de voiture. D'ailleurs, les professionnels SEO ont compris depuis longtemps l'intérêt de rester logiques dans les démarches à suivre pour améliorer leur référencement. Il est enfin nécessaire que le commentaire laissé soit pertinent : on ne laisse pas de commentaires parce que le blog ou le site l'autorise. Les messages doivent être de qualité et instructifs. Ce n'est qu'à ces conditions que les internautes auront envie de cliquer sur le lien dans la signature.

Les internautes influents - podcasters, auteurs, video bloggers, personnalités sur Twitter et bloggers – apprécient particulièrement les interviews. Il suffit de voir à quel point ils partagent ce type d'information pour s'en rendre compte. Sur le net, on trouve ainsi régulièrement des interviews filmées, écrites ou sous forme de podcast. Elles prennent de plus en plus la place des articles invités qui, pour rappel, permettent aux blogueurs et professionnels de publier sur un site ami, afin de gagner en visibilité. Le site profite quant à lui de la notoriété de l'auteur pour augmenter son taux de trafic web.

Aujourd'hui, les articles invités sont de plus en plus délaissés au profit des interviews qui présentent un certain nombre d'avantages. Les interviews donnent en effet une dimension nouvelle aux contenus publiés : ils les rendent plus dynamiques et interactifs, mais sont surtout un moyen d'échanges particulièrement intéressant, et à moindre coût. Les internautes influents sont ainsi nombreux à publier une interview sur leur site. La plupart n'hésitent d'ailleurs pas à la tweeter, la partager sur les réseaux sociaux, ou la mettre en lien dans leur email. Le site ayant publié en premier l'interview voit naturellement son trafic augmenter.

Pour obtenir une interview de qualité, il ne faut pas se demander si l'on est en mesure d'interviewer une personne influente ou ayant autorité dans une niche d'activité. Tout est possible dès lors que l'on agit en professionnel, que l'on propose du contenu en relation avec l'interview, et que l'interview elle-même est pertinente par rapport au reste du site. C'est d'autant plus facile si la personne interrogée porte un intérêt au site et à ce qu'il propose. Si l'on vient toutefois de lancer son site et que l'on souhaite générer du trafic de cette manière, il ne faut pas hésiter à rémunérer des personnes influentes pour commencer. Pas forcément avec de l'argent, mais en partageant des infos rares qui pourraient les intéresser.

Il ne s'agit évidemment pas de tricher avec les exigences des moteurs de recherche, Google en tête. Il est en effet possible de payer ou d'envoyer un cadeau à un internaute influent pour qu'il participe à une interview sur son site. La seule chose à éviter est de payer directement pour obtenir un lien, et ce, au même titre que rémunérer la personne d'autorité pour qu'elle partage le contenu. Il ne faut par ailleurs pas oublier que l'interview est un moyen efficace de créer des relations et d'élargir son cercle de connaissances et d'éventuels partenaires. Cela ne doit pas être uniquement une méthode pour générer du trafic. Derrière les écrans, ce sont des êtres humains, et l'humain doit primer.

Les listes de ressources se retrouvent le plus souvent sur les sites institutionnels. Il s'agit des différentes sources utilisées pour la rédaction d'un article. Les sites qui s'y retrouvent font le plus souvent figure de référence, au même titre que ceux vers lesquels pointent les liens insérés dans un contenu. Les internautes ont la possibilité de s'y référer pour trouver des ressources complémentaires. Si un site apparaît ainsi dans une liste de ressources, il peut être considéré comme une source d'informations pertinente. Il est d'autant plus certain de voir son trafic augmenter s'il apparaît dans la liste de différents sites d'autorité.

Là encore, la technique consiste à fournir du contenu de qualité, pertinent et à haute valeur ajoutée pour l'internaute et pour son domaine d'activité. Les nouveaux sites recherchent souvent des sources fiables pour la création de contenu. Si une URL revient souvent sur le web au sein d'une niche spécifique, elle sera inévitablement utilisée comme référence. Plus elle est citée, plus elle attire les internautes, et peut donc augmenter son trafic web. Un site a ainsi tout intérêt à proposer des informations fiables et dignes d'intérêt. Il ne doit pas hésiter à donner des chiffres, liens vers des sites de référence, infographies, vidéos ou photos. L'objectif est de susciter l'intérêt, car si la technique permet d'apparaître au sein d'une liste de ressources, elle peut également servir à générer du trafic.

Pour accélérer les choses, il est possible de réaliser un partenariat avec des sites présents dans la même niche d'activité. On retrouve d'ailleurs ce procédé auprès de nombreux blogs qui présentent une liste de sites proposant un contenu similaire, ou dont le thème est proche. L'internaute peut alors découvrir de nouveaux contenus susceptibles de l'intéresser, sans être tributaire des moteurs de recherche classiques. C'est un gain de temps important pour lui, sachant qu'il aime avoir ce dont il a besoin à portée de souris, et ce, sans aucun délai. Pour le site, c'est une occasion de voir son trafic croître sans avoir besoin de réaliser d'importants investissements. Pour l'internaute, on lui fournit de la matière pour ses centres de réflexion, en lui évitant de fastidieuses recherches.

Autres méthodes identiques à la liste de ressources : créer une liste des différents sites d'influence dans sa niche - même s'ils n'ont pas servi à la rédaction du contenu -, citer des internautes ayant autorité dans leur domaine d'activité, ou encore mettre en place une liste de ressources destinée aux internautes à la recherche d'informations. Si le partenariat avec les sites concernés est recommandé, il est possible d'alerter uniquement les sites concernés pour qu'ils puissent également renvoyer un lien à chaque rédaction d'articles. Cette option peut même être l'occasion d'échanger avec d'autres professionnels de la même niche ou d'une niche complémentaire, et d'élargir ses relations professionnelles.

Le principe est relativement simple : un annonceur diffuse des offres commerciales affichées sur le site d'un diffuseur. Ce dernier reçoit de l'argent en tant que bannière publicitaire et support des liens vers l'annonceur. Ces liens prennent généralement la forme de boutons, formulaires de produits ou liens contextuels vers la marque cible. L'annonceur dispose quant à lui outil de communication supplémentaire lui permettant d'augmenter ses ventes et d'attirer plus de clients. Les programmes d'affiliation sont ainsi une relation gagnante pour les deux parties. Il faut noter que le diffuseur n'est rémunéré que si l'internaute ayant vu la bannière a visité le site, ou est devenu un de ses clients.

L'affiliation offre à un site la possibilité de se faire connaître sans investissement conséquent. Elle revient moins cher que la publicité traditionnelle ou les outils d'annonces proposés par les moteurs de recherche. Si la plupart des blogs et certains sites web choisissent cette méthode pour rentabiliser leurs activités, il ne faut pas se tromper : c'est bel et bien l'annonceur qui récupère du trafic et non le diffuseur. Il faut en outre savoir que l'affiliation n'est intéressante que si l'affilié a déjà un bon référencement et une solide base de visiteurs. Un site ayant un faible positionnement dans les résultats de recherche n'aura que peu de visites et ne pourra donc pas renvoyer de trafic vers l'affilieur (le créateur du produit).

L'échange entre l'annonceur et le diffuseur se fait la plupart du temps via les plateformes d'affiliation. Il en existe un grand nombre sur le net, mais le principe reste toujours le même. Le diffuseur (affilié) s'inscrit sur la plateforme, choisit ou se fait contacter par l'annonceur avant de s'inscrire. Il n'est généralement contacté par l'annonceur que si son site répond à certaines exigences de qualité. Dans tous les cas, il reçoit les éléments publicitaires à diffuser dès lors que l'accord est conclu. Le diffuseur est rémunéré à chaque fois qu'un internaute interagit avec la bannière ou se rend sur le site de l'annonceur. Des outils sont la plupart du temps mis en place pour mesurer les résultats de campagne et définir la rémunération.

Il est important de savoir que l'affiliation suit des règles spécifiques. Le contenu proposé par le diffuseur doit par exemple être en lien avec l'annonce proposée : la publicité contextuelle obtient en effet plus de succès qu'une campagne de publicité classique où l'on cherche uniquement un support de communication. Un site traitant d'activités sportives sera par exemple adapté à des liens affiliés en provenance de club de tennis ou d'organisateurs événementiels. La publicité contextuelle, ciblée, apporte de la valeur ajoutée à un site et fournit un complément d'information.

À l'instar des vidéos YouTube et comme on l'a vu plus haut, les podcasts sont un outil efficace pour générer du trafic. Ils permettent d'obtenir un taux d'engagement plus élevé qu'un contenu sous forme de texte, et s'adressent principalement aux internautes intéressés par un article, mais qui n'ont pas le temps de le lire. iTunes est l'outil de partage de podcasts idéal, car il est utilisé par un nombre important d'internautes, et offre aux utilisateurs la possibilité de rechercher des podcasts à la manière d'un moteur de recherche répertoriant les sites en lien avec une requête. Il permet de classer les fichiers en fonction de leur popularité pour savoir lesquels sont les plus écoutés.

Sachant que la majorité des internautes se contentent de suivre la tendance, il suffit qu'un podcast fasse partie des fichiers les plus consultés pour qu'ils l'écoutent à leur tour. Plus on attire d'auditeurs, plus on est ainsi certain de séduire de nouvelles cibles. La démarche est simple, si l'on a déjà une base d'abonnés solide : il suffira de la rediriger vers les podcasts créés sur iTunes. Si on commence à se lancer, il est cependant important de créer des fichiers susceptibles d'intéresser le public. C'est là que le classement iTunes est particulièrement utile, car il suffit d'identifier quels podcasts en lien avec son domaine d'activité ont attiré l'attention des internautes.

Comme YouTube et SlideShare, iTunes facilite la découverte de nouveaux contenus. Lorsqu'un internaute vient d'écouter un podcast, l'outil de suggestion lui proposera d'autres fichiers dans la même thématique. Ce n'est ainsi qu'une question de temps avant qu'un nouveau podcast ne soit écouté par les utilisateurs. Si ces derniers sont intéressés par le contenu, ils n'hésiteront pas à le partager et à le suggérer à leur communauté. Comme on l'a vu précédemment, plus le podcast est écouté, plus il attire de nouveaux auditeurs, et plus le taux de trafic du site cible augmente.

Une fois le podcast en ligne, il ne faut pas oublier de rediriger ses abonnés vers iTunes et publier le même fichier sur son blog ou son site. Il ne faut également pas oublier qu'un dialogue suscite beaucoup plus d'intérêt qu'un monologue : mieux vaut donc privilégier les podcasts avec au moins deux intervenants, même s'il n'est pas forcément nécessaire de publier une interview. Les personnes ayant autorité dans le domaine d'activité attirent toujours une forte audience. Il ne faut pas hésiter à demander leur aide pour participer aux podcasts. Le trafic du site n'en sera que plus important.

Les plus anciens du marketing digital ont certainement déjà entendu parler de Social Media Examiner. Le site a collecté 124 000 emails en moins de deux ans et a généré près d'un million de dollars de recettes durant sa première année d'activité. Il faut dire que son fondateur, Michael Stelzner, a trouvé l'astuce pour attirer les internautes. Plutôt que chercher par tous les moyens à contacter les personnes influentes dans sa niche, il a décidé de les faire travailler ensemble sur un même blog. Seuls quelques articles étaient rédigés de cette manière, toutefois de nombreux blogueurs influents avaient participé à la rédaction du contenu. Résultat : les abonnés de chaque auteur ont rejoint le nouveau site.

Pour convaincre cette armée de rédacteurs, Michael Stelzner avait élaboré un plan simple. Il avait demandé aux blogueurs de travailler exclusivement à la rédaction de son blog durant deux semaines. Une fois le travail terminé, chacun d'eux avait la possibilité de reprendre le contenu sur leur propre site. Michael a ainsi pu créer une relation solide avec les autres blogueurs influents. Son site s'est toujours efforcé de fournir du contenu de qualité conformément à la charte qu'il avait lui-même mise en place. Aucun article n'était publié tant qu'aucun blogueur n'avait quelque chose de réellement intéressant à dire. Le blog a au final été rebaptisé magazine en ligne, et non plus blog, pour qu'il n'y ait aucune ambiguïté sur ce que son fondateur voulait faire.

Pour résumer, on peut dire que la clé du succès de Social Media Examiner reposait en grande partie sur l'existence d'une communauté de fans, avant son lancement. Chaque blogueur avait déjà ses propres abonnés. Chacun d'eux s'était déjà constitué une communauté solide qui est tout simplement passée d'un blog à l'autre. Réunir plusieurs blogueurs a permis à Social Media Examiner de générer une quantité de trafic importante. Il n'aurait pourtant jamais eu autant de succès s'il avait demandé individuellement aux blogueurs de rédiger chacun un article sur son site.

Un blog multiauteurs, au sein duquel contribuent de nombreuses personnes influentes, s'apparente à une version plus complexe d'une liste de ressources ou d'une liste de prospect. Il incite la communauté ainsi que l'audience des différents blogueurs à renforcer sa propre communauté. Ce n'est pas étonnant que Social Media Examiner ait remporté autant de succès en si peu de temps. Rien n'empêche d'ailleurs de reproduire sa technique sur des sites ou blogs nouvellement lancés. Même les sites disposant déjà d'une audience solide peuvent essayer. Leur trafic web n'en sera que plus important.

La publication d'un sondage est certainement l'une des solutions les plus efficaces pour générer du trafic web. Le sondage fonctionne de la même manière qu'un questionnaire, toutefois il se distingue par certaines particularités, car il ne permet généralement pas aux participants de donner leur propre avis. Ceux-ci choisissent le plus souvent parmi des réponses déjà fournies, alors qu'avec un questionnaire ils prennent réellement part aux résultats. Le sondage ne permet donc pas de construire une relation réellement solide avec les internautes. Néanmoins, il peut se révéler plus pertinent dans la mesure où il est parfaitement adapté aux nouveaux utilisateurs. Le meilleur exemple étant l'étude bisannuelle de Moz.

Avec un sondage, il est possible d'attirer l'attention de nouvelles cibles. Il est également possible d'en apprendre un peu plus sur son audience, à l'instar du questionnaire qui permet de savoir quelles sont les tendances les plus populaires. Il suffit se se baser sur ces informations pour concevoir de nouveaux contenus et savoir si un blog ou un site a réussi à toucher le type d'audience ciblé. Certains outils comme Poll Code permettent d'insérer directement des sondages dans les articles de blogs. Il est conseillé de les utiliser pour un résultat rapide et efficace. Une fois le sondage mis en place, il sera possible d'attirer une plus grande part d'audience et augmenter son trafic web.

Au final, on se rend rapidement compte que Google n'est pas indispensable. Le moteur est bien l'outil le plus utilisé sur le web. Il ramène bien une grande partie du trafic de nombreux sites. Cependant, aucun professionnel SEO ou responsable du digital marketing ne travaille pour Google. Les actions entreprises sur un site ne sont pas réalisées pour le satisfaire : elles sont mises en œuvre dans le souci de ramener du trafic – et des clients potentiels - à un client. Lorsqu'on voit à quel point Google a évolué avec ces nombreuses mises à jour, on comprend la nécessité de ne pas en être trop dépendant.

Depuis l'arrivée d'Hummingbird, on se rend même compte à quel point les résultats de recherche ne sont pas toujours pertinents. Un site bien référencé peut ainsi perdre tout son trafic du jour au lendemain. Des entreprises à fort potentiel peuvent arrêter leurs activités, dès lors que Google décide de les pénaliser. Des infopreneurs ont vu leurs revenus disparaître instantanément, suite à un changement dans son algorithme. Personne ne sait à quel moment ni comment le moteur va frapper, mais tout le monde prend conscience de la nécessité de diversifier ses sources de trafic. Avec ces différentes solutions, on sait désormais comment mettre fin à la dépendance à Google, pour survivre dans un web toujours plus compétitif.


Si vous ne trouvez pas la chronique correspondante à votre recherche, c'est peut-être l'occasion de la rédiger ;-)

Proposer ma chronique

Aimez-vous cet article ?

Nos réseaux préférés

Sur le même sujet

Ajouter un commentaire