Vous cherchez quelque chose ?

La publicité en ligne attendue en forte hausse les deux prochaines années


Cet article a été revu et mis à jour la dernière fois le 16 Décembre 2014 à 15:57

Portée par l'essor considérable de l'affichage sur les mobiles, la publicité en ligne n'a pas cessé de croître ces dernières années. Ce rythme n'est pas près de baisser de si tôt, selon les derniers chiffres publiés par ZenithOptimedia.

Avenir prometteur pour la pubCette semaine, ZenithOptimedia a publié un rapport concernant les perspectives d'évolution des investissements publicitaires en 2015. Le cabinet précise dans son rapport que la publicité en ligne confirme toutes les attentes du marché, s'imposant comme le média affichant le plus fort taux de croissance en 2014 avec une hausse de 16,9%. Les prévisions pour les deux prochaines années sont encore plus encourageantes : une hausse de 15% des dépenses d'investissement sur ce canal est attendue.

En 2014, la publicité en ligne s'approprie à elle seule 24% du total des dépenses publicitaires, une performance à comparer avec les 4% de parts d'investissements il y a encore 10 ans.

L'augmentation des dépenses engagées sur la publicité en ligne s'explique en partie par le déclin des supports traditionnels, notamment les magazines et les journaux. Les annonceurs investissent désormais moins sur ces médias, préférant consacrer davantage de budget dans la publicité online.

Un autre facteur participe également à l'émergence du tout-online. Ce média permet en effet de créer des campagnes plus ciblées et plus précises, un atout que les annonceurs n'hésitent plus à exploiter en consacrant la publicité en ligne comme la nouvelle norme en matière d'affichage publicitaire.

Dans son rapport, ZenithOptimedia précise : « La technologie en ligne a grandement évolué ces dernières années et offre désormais une meilleure expérience de consolidation de marque. La croissance de ce média publicitaire « traditionnel » a bondi de 14% en 2012 à 18% en 2013, jusqu'à atteindre une hausse de 26% en 2014, soit la progression la plus forte enregistrée depuis 2007.

Encore selon le compte-rendu, la majorité des affichages publicitaires en ligne sont directement achetés par des petites entreprises dotées de budget publicité limité, de l'ordre de quelques milliers de dollars seulement.

Le mobile commence aussi à s'imposer peu à peu comme un vecteur de croissance des dépenses publicitaires attendues dans les années à venir. La donne est simple : ce secteur devrait représenter à lui seul plus de 51% des nouveaux investissements publicitaires entre 2014 et 2017. Ces dépenses, motivées par l'omniprésence des terminaux mobiles et les innovations technologiques dans ce domaine, entraîneraient un bond d'environ 34% des publicités mobiles entre 2014 et 2017.

Si l'affichage publicitaire traditionnel et le reciblage semblent encore peu performants sur les mobiles comme ils le sont déjà sur les terminaux fixes, les annonceurs rencontrent plus de succès sur les campagnes publicitaires menées sur les réseaux sociaux.

Twitter et Facebook ont modifié leur approche des modes de navigation et de l'affichage publicitaire sur les mobiles. Ces restructurations ont valu aux deux sites de se partager pas moins de 33% des dépenses publicitaires pour les mobiles en 2014. Les publicités sur ces supports sont en effet conçues pour s'intégrer aisément sur les flux de contenus et les notifications mobiles. Loin d'être intrusives, ces publicités paraissent presque naturelles sur les réseaux sociaux. Ces derniers disposent d'outils permettant de tracer les habitudes de navigation et de consommation des internautes, à travers leurs applications et lier ces habitudes aux activités de l'utilisateur sur les terminaux fixes, en utilisant ses login. Les médiaux sociaux constituent de fait le parfait exemple d'un modèle d'affichage publicitaire adapté aux mobiles.

Les autres détails du rapport de ZenithOptimedia sont à consulter ici.


Si vous ne trouvez pas la chronique correspondante à votre recherche, c'est peut-être l'occasion de la rédiger ;-)

Proposer ma chronique

Aimez-vous cet article ?

Nos réseaux préférés

Ajouter un commentaire